"De la lande au jardin, une paysagiste vous accompagne" Jardin en sous-bois – De la lande au jardin, une paysagiste vous accompagne
Jardin en sous-bois

Jardin en sous-bois

Je suis appelée pour intervenir sur un chantier qui n’en est qu’à son tout début : il s’agit d’une maison qui doit être construite sur un terrain de Pencran.

Le terrain vu du jardin voisin

Le terrain comprend une zone boisée classée, où toute intervention sur les arbres ou sur le sol est donc réglementée, avec une forte pente.

La zone boisée classée est très pentue

D’un commun accord avec les clients, nous décidons de créer un espace engazonné plan au niveau de la terrasse et de travailler la pente comme un sous-bois.

Les fruitiers et le potagers partagerons l’espace ensoleillé avec les loisirs, le tout étant retenu par un enrochement. Une allée en sable stabilisé et marches en traverses paysagères permettra de circuler au travers du sous-bois.

Une pente engazonnée donnera l’accès au sois-bois à des outils roulant telles que la tondeuse ou la brouette.

Au Nord une petite terrasse bois offre un espace pic-nique ombragé pour les jours très ensoleillés. Un petit bac potager est créé juste à côté pour y cultiver des légumes-feuilles comme les salades.

Un parterre en fers à béton tressés permet d’effacer une grosse souche du jardin sans avoir à l’arracher, on conserve ainsi les informations contenues dans le mycélium entourant ses racines, on peut planter d’autres végétaux par-dessus et on évite l’intervention d’un très grosse pelleteuse.

Au Sud, au creux des arbres, un espace repos avec un banc improvisé à l’aide d’un tronc est créé.

Devant la maison, l’espace est réduit. Le lotisseur se charge de la haie. J’implante uniquement deux petits arbres pour donner de la verticalité sans pour autant masquer les ouvertures de la maison. De petits arbustes viennent compléter la palette végétale afin d’obtenir une floraison étalée sur toute l’année à l’accueil des visiteurs.

Les végétaux choisis pour animer le sous-bois sont pour la plupart des végétaux de terre de bruyère supportant l’ombre mais aussi des végétaux endémiques comme l’osmonde royale, la plus grande fougère que l’on puisse trouver dans notre région.

Le défi de cette étude a été de créer un jardin respectueux de la zone boisée classée dans lequel il est, en utilisant des matériaux, des techniques et des végétaux les plus naturels possibles, sans pour autant oublier les besoins de la famille.

Défi relevé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *