"De la lande au jardin, une paysagiste vous accompagne" Sophie Derrien – De la lande au jardin, une paysagiste vous accompagne

Archives de
Auteur : Sophie Derrien

Réalisation du projet « Toit-terrasse et vis-à-vis »

Réalisation du projet « Toit-terrasse et vis-à-vis »

Revoir l’étude

27 avril 2121 : Aussitôt l’étude terminée, les plants sont commandés à la pépinière et le parterre préparé à recevoir ses futurs locataires.

Chaque côté du parterre est bien planté et on voit déjà se distinguer les heuchères par leurs couleurs, les iris et les digitales par leur port fastigié et les pervenches qui restent lascives sur le bord du muret.

8 juin 2021 : six semaines après la plantation, tout le monde se porte à merveille.

Le parterre a été bien paillé, ce qui protège la terre du battage par la pluie, évite un dessèchement les jour de soleil, favorise la vie des animaux et bactéries du sol par compostage du paillage, donc nourrit le sol. Par le paillage, la terre est optimale, les végétaux peuvent se développer au mieux et sont plus résistants aux maladies.

Bientôt, lorsque l’étanchéité sera refaite, le toit-terrasse se verra lui aussi paré de jolies fleurs qui offriront de bons moments en toute intimité.

11 juillet 2021, alternance de pluie et de soleil, quelle aubaine pour les végétaux !

Revoir l’étude

Mille et une utilisations du bois au jardin

Mille et une utilisations du bois au jardin

En plein de centre de Landivisiau, m’attend ce jardin de ville. L’aménagement précédent datant des années 50, les deux jeunes nouveaux propriétaires ont débarrassé le jardin de tout ce qui ne leur plaisait pas. Ils souhaitent maintenant l’aménager à leur goût.

Le côté Est du jardin est clos par une clôture béton. A chaque extrémité, on trouve une construction : au Sud un abri à bois, au Nord un atelier.

le côté Ouest

Au centre du jardin quatre pommiers, encore bien vigoureux pour trois d’entre eux, masquent le vis-à-vis avec le voisin de derrière. A gauche on retrouve l’atelier. A droite se dresse un mur en béton, très haut et très long.

Le jardin

Côté Est on retrouve le grand mur de béton qui a partiellement été habillé de bardage vertical en bois.

Le côté Est

Les propriétaires aimeraient plusieurs éléments dans leur jardin. Je les dessine sur le plan projet :

-une terrasse en bois devant la maison bordée à sa gauche par une allée desservant l’abri à bois. Cette allée doit être suffisamment large pour y stationner la remorque. Je décide de créer une « porte végétalisée » pour séparer la terrasse de l’espace technique, à l’aide de deux jardinières en traverses paysagères, une pergola et une plante grimpante.

-l’allée se poursuit, moins large et les dalles ardoisières ont laissé place aux gravillons ponctués de rondelles de bois. Elle passe devant un banc puis les jeux pour enfants.

Les couleurs des fleurs sont chatoyantes et la clôture en béton est masquée par un bardage vertical. Au niveau de l’aire de jeux, les lames de bardage sont découpées à leur extrémité en tête de chat, oreilles de lapin ou autre silhouette animalière… pour égayer un peu l’endroit.

-tout au Nord, centré entre les pommiers, un petit poulailler hébergera deux poulettes.

-sur la gauche du poulailler, devant l’atelier, sur une placette en palis ardoisier, une pompe à bras attend d’être manœuvrée pour remonter l’eau de la citerne à eaux pluviales située en dessous.

-à droite du poulailler un espace de compostage permet à la fois d’évacuer les résidus de nettoyage de la maison des gallinacées et les déchets végétaux du potager.

-sur le côté droit, afin de casser l’effet de longueur et de hauteur du mur en béton, le bardage bois est placé alternativement verticalement et horizontalement, ce qui permet aussi de définir les espaces au sol. Des grimpantes viendront habiller l’ensemble.

-un potager constitué de carrés de différentes hauteurs permet de cultiver quelques légumes et d’être accessible aux petits et aux grands. Le carré potager le plus haut sera placé près de la tonnelle de façon à pouvoir attraper les herbes aromatiques sans être mouillé par temps de pluie.

-la tonnelle, jouxtant la terrasse bois, sera couverte afin d’abriter un petit salon et la sortie de la porte du jardin. Un garde corps ajouré la clôt en partie afin de créer un espace cocoon

Projetons-nous dans ce futur jardin :

Dans ce jardin on rencontre de nombreuses façons d’utiliser le bois au jardin : Construction de carrés potagers, composteur, cabane pour enfants, pergola, tonnelle, banc, poulailler, abri à bois. On le retrouve aussi au niveau du bardage, du paillage, de la décoration de l’allée gravillonnée et aussi du bois énergie.

Le bois qui sera utilisé ici est un bois naturel, non traité, issu de ressources locales, de la scierie de Landi. Cette entreprise est membre d’Abibois, le réseau des professionnels du bois en Bretagne et de Scieries du Finistère, qui regroupe les scieries du département. La scierie de Landi propose 11 essences différentes (douglas, épicéa, mélèze, chêne, châtaignier, …), aux artisans comme aux particuliers et vous conseille sur le choix en fonction de l’utilisation. Basée à Landivisiau, la scierie fait travailler la filière bois bretonne et contribue au bon entretien de nos forêts.

Réalisation du « Jardin bouquetier »

Réalisation du « Jardin bouquetier »

Revoir l’étude

Dimitri Melot de Dim Jardins a été choisi pour la réalisation des travaux.

Force de propositions, il a suggéré à la cliente de remplacer les pavés prescrits par des dalles alvéolées gravillonnées, avec trois petites marches pour faire écho à l’aménagement de la cour Est . Le parterre Ouest s’est vu débarrassé des végétaux encombrants. D’autres imposants mais éléments majeurs ont subi une taille de rajeunissement tels le camélia, les bouleaux et le rosier sur tige. La vue sur la façade est ainsi complètement dégagée.

Le nouveau parterre Ouest et l’allée piétonne

La terrasse, maintenant habillée de dalles claires, n’est plus fissurée et a été rallongée d’un côté. Toute la famille peut maintenant se retrouver autour de la table.

Terrasse et allée piétonne rafraîchies

Le jardin bouquetier a été créé. Il est lui aussi parcouru par une allée principale en dalles alvéolées gravillonnées. Les « petites nervures » du jardin bouquetier sont restées des allées paillées, laissant tout loisir pour de futures modifications sans pour autant négliger l’infiltration des eaux pluviales, l’apport de matière organique par compostage ou la couverture du sol.

Le jardin bouquetier vu du jardin devant la maison

Cet espace a été séparé au Sud de la pelouse par des traverses paysagères implantées verticalement.

Le jardin bouquetier vu du jardin derrière la maison

La cliente a s’est approprié le projet et l’a fait évoluer, en accord avec Dimitri, bien que l’étude en ait été terminée. Rien n’est jamais figé au jardin, surtout pas l’inspiration !

Revoir l’étude